L'USFS lance l'initiative des femmes d'Afrique centrale pour l'action climatique

L’Initiative des femmes d’Afrique Centrale pour l’action climatique (WICA), un programme financé par le Programme de Climate Fellows du Département d’État américain, est conçue pour renforcer les capacités et accroître la participation des femmes en début de carrière dans les processus nationaux de lutte contre le changement climatique en Afrique Centrale – Cameroun, Gabon, République démocratique du Congo et République du Congo. L’initiative consiste en un programme de formation axé sur les systèmes nationaux de mesure et de déclaration des émissions/réductions de gaz à effet de serre (GES) dans le cadre de la Convention-Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et autres cadres de comptabilisation du carbone. Le programme favorisera l’émergence de nouveaux experts dans la région en leur apportant les connaissances et l’expérience nécessaires pour s’engager dans la lutte contre le changement climatique.

Participants et intervenants lors du discours d’ouverture de l’atelier à Yaoundé, Cameroun.

Après une rigoureuse sélection, 103 femmes d’Afrique Centrale ont été choisies pour participer à ce programme. Des ateliers nationaux ont été organisés à Brazzaville, Kinshasa, Libreville et Yaoundé, où les participantes ont reçu des formations de base sur le changement climatique, la comptabilisation des GES, les impacts sociaux et économiques de la crise climatique, les financement liés au climat et les politiques climatiques nationales et internationales. Elles ont été formées par des experts locaux et internationaux, ont pu échanger entre elles et ont été sensibilisées par les ministères des gouvernements nationaux et les représentants des ambassades des États-Unis sur la nature vitale et urgente de ce travail. Des webinaires régionaux sont actuellement en cours afin d’approfondir l’expertise des participantes concernant les flux sectoriels d’émissions de gaz à effet de serre.

Parmi les 103 participantes, cinq femmes de chaque pays ont été sélectionnées pour participer à un programme de formation intensive diplômante sur la Mesure, la Déclaration et la Vérification (MDV) des gaz à effet de serre (GES) par le Greenhouse Gas Management Institute.

Madhy Petronique POBA SUKI, du Gabon, est l’une des vingt femmes sélectionnées pour participer à un programme de formation intensive du Greenhouse Gas Management Institute.

Le mois de juin 2021 a marqué le coup d’envoi de cette formation. Celle-ci se concentre sur le renforcement de la compréhension et de l’engagement des experts en matière de MDV au niveau d’organisation, de projet et de pays. L’objectif est de leurs fournir une base théorique et pratique pour améliorer leurs capacités à compiler et à déclarer les émission de gaz à effet de serre aux niveaux national et international à travers une myriade de cadres de comptabilisation du carbone (par exemple, ETF, NDC, REDD+). Parallèlement à l’obtention de ce diplôme, le programme offre à ces vingt expertes l’opportunité de faire des stages auprès d’organisations gouvernementales et autres partenaires techniques afin d’acquérir une vraie expérience professionnelle.

Des participants du Cameroun posent pour une photo de groupe après l’atelier.

Pour Joidie BILONDA MUKENDI, biologiste en République Démocratique du Congo, l’expérience lui a ouvert les yeux sur les effets profonds du changement climatique. “Le point qui m’a le plus impressionné est la compréhension du fait que le problème du changement climatique n’affecte pas seulement le secteur environnemental mais a des implications sur tous les aspects de notre société.”

Sa collègue Valentine HAMULI WIVINE est d’accord. “Chaque jour, le changement climatique devient une préoccupation plus pressante pour les responsables politiques et les décideurs économiques, pourtant le financement des projets liés au climat est difficile car ces projets sont très complexes et nécessitent une expertise extrêmement spécialisée.”

Les deux femmes ont été sélectionnées pour poursuivre leur formation auprès du Greenhouse Gas Management Institute.

Découvrez tous nos lauréats ici.

DOS logo
ghg institute logo
U.S. Forest Service logo

2 réflexions au sujet de “L’Initiative des femmes d’Afrique centrale pour l’action climatique”

  1. J’ai aimé l’initiative.
    Le changement climatique atteint toutes les couches de la vie tant humaine qu’animale et etouffe le développement sur tout le plan que ça soit économique, environnemental et écologique.
    Ainsi, il est de notre devoir entant que gestionnaires des ressources naturelles, scientifiques, hommes politiques,…de travailler en mettant notre énergie, expérience et expertise pour ne pas en finir, mais plutôt atténuer les effets du fléau, j’ai cité, le changement climatique.

    Répondre

Laisser un commentaire