Le Programme en Afrique centrale du Service Forestier des États-Unis au Sommet des Trois Bassins en République du Congo

Brazzaville a récemment servi de cadre au Sommet des trois bassins, qui a réuni les Chefs d’État et de gouvernement des régions de l’Amazonie, du Congo et de Bornéo-Mékong-Asie du Sud-Est. Pendant trois jours, ce rassemblement de plus de 3.000 délégués a été organisé dans le but de favoriser la collaboration entre les trois bassins. Les discussions ont porté sur les défis et les opportunités partagés en matière de gestion de la biodiversité, de développement durable et d’avenir des vastes forêts tropicales qui couvrent un tiers de la surface du globe.

En marge du sommet, USFS a été invité à organiser plusieurs présentations au pavillon de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID). Au cours de ces événements parallèles, le personnel de USFS a pu partager les programmes en cours dans la région et échanger avec les participants sur les défis, les leçons apprises et les réussites.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des présentations du personnel de USFS.

Le coordinateur du programme de lutte contre l’exploitation forestière illégale de l’USFS pour la République du Congo, Brice Severin Pongui. Photo par Ouad Sept Design.

Renforcer les Réseaux d’Application de la Loi et de Surveillance pour Lutter Contre l’Exploitation Forestière Illégale et le Commerce Illicite des Ressources Naturelles

Brice Severin Pongui, Coordinateur du Programme de Lutte Contre l’Exploitation Forestière Illégale de USFS pour la République du Congo (ROC), a donné un aperçu de l’initiative en cours avec le Bureau des Stupéfiants Internationaux et de l’Application de la Loi (INL) et le Bureau des Océans et des Affaires Environnementales et Scientifiques Internationales (OES) du Département d’État Américain. Ce programme se concentre sur le renforcement de la capacité institutionnelle de la République du Congo (ROC) à lutter contre l’exploitation forestière illégale et les délits financiers qui y sont associés. Les principaux éléments du programme comprennent la mise en place d’un groupe de travail interministériel et multi-acteurs, des audits de concessions forestières, des sessions de formation pour les groupes de la société civile sur le contrôle indépendant, des campagnes de sensibilisation du public concernant les impacts négatifs de l’exploitation forestière illégale et le commerce illicite des ressources naturelles, et des efforts pour renforcer la capacité d’application de la loi grâce à un meilleur partage de l’information. Les activités récentes comprennent un atelier multi-acteurs et des sessions de formation de la société civile à Owando. Une autre formation de la société civile à Pokola et des audits forestiers sur le terrain en collaboration avec la « task force » du projet, des groupes de la société civile et des unités locales d’application de la loi sont prévus pour l’année à venir.

Olivier Sene, coordinateur national de l’USFS au Cameroun (à gauche), présente son travail avec la RIFFEAC et la COMIFAC. Photo par Ouad Sept Design.

Renforcement des Capacités pour Soutenir la Gestion Durable des Forêts

Au cours des deux dernières décennies, USFS, soutenu par le programme CARPE (Programme Régional d’Afrique Centrale pour l’Environnement) de USAID, s’est engagé à renforcer les capacités de gestion durable des forêts dans le Bassin du Congo. Le Coordinateur National de USFS au Cameroun, Olivier SENE, a pu partager son travail de collaboration avec des institutions sous-régionales, en particulier, avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et son affilié, le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d’Afrique Centrale (RIFFEAC), ainsi qu’avec des institutions de formation publiques, qui visent à relever les défis associés à la gestion durable et à la pénurie d’expertise locale. Cette initiative a débuté en 2005 avec l’élaboration de guides méthodologiques pour la gestion intégrée des paysages, couvrant les aires protégées, les zones de gestion communautaire, les zones d’extraction et la gestion des paysages. Ces guides ont ensuite été traduits en modules de formation avec le soutien de RIFFEAC. Les activités récentes comprennent la création d’autres modules de formation, axés sur les droits de l’homme dans la gestion des zones protégées et la valeur économique de la biodiversité, qui impliquent des sessions de formation intensives autour des zones protégées au Cameroun et au Rwanda. Actuellement, USFS et ses partenaires développent un cours en ligne ouvert et massif (MOOC) sur l’éthique et les droits de l’homme dans la gestion des zones protégées, et finalisent un programme sous-régional de maîtrise en économie de l’environnement axé sur le financement du climat et la gestion du capital naturel. En outre, le projet vise à créer davantage de modules pour la gestion des paysages transfrontaliers et à continuer à soutenir l’éducation et la collaboration institutionnelle pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo.

Eugene Chia, spécialiste du changement climatique et des programmes de l’USFS en Afrique centrale, a partagé les conclusions de l’USFS d’une évaluation participative. Photo par Ouad Sept Design.

Finance Carbone et Systèmes Nationaux de Surveillance des Forêts

La mise en place d’un Système National de Surveillance des Forêts (SNSF) robuste est une condition préalable à l’accès au financement du carbone forestier dans le Bassin du Congo, mais malgré les progrès réalisés dans le cadre du processus REDD+, peu de fonds ont été injectés dans la région au bout de 15 ans. Eugene CHIA, le Spécialiste des Programmes et du Changement Climatique de USFS en Afrique Centrale, a partagé les conclusions de USFS d’une évaluation participative complète impliquant les parties prenantes du SNSF menée en République du Congo (ROC), en République Démocratique du Congo (RDC) et au Cameroun, en soulignant les défis identifiés qui concernent les arrangements institutionnels, les pénuries de ressources, les limites des capacités infranationales et les processus politiques en constante évolution. Les recommandations pour relever ces défis ont également été partagées, et elles mettent l’accent sur des dispositions institutionnelles durables, la mobilisation des ressources pour la fonctionnalité du SNSF, le renforcement des capacités à tous les niveaux, et le développement de registres numériques nationaux. D’autres suggestions incluent des investissements dans les capacités nationales pour les normes de marché, l’analyse de scénarios pour des rendements optimaux, et des diagnostics de coûts pour la conformité. Des évaluations similaires axées sur la République Centrafricaine et la Guinée Equatoriale sont prévues pour 2024.

Georges Tchatchambe, spécialiste de la foresterie communautaire et de la gestion des ressources naturelles de l’USFS, présente les résultats d’un projet soutenu par le programme d’atténuation des conflits et de réconciliation du Tanganyika de l’USAID. Photo par Ouad Sept Design.

Reboisement, Conservation et Autonomisation des Jeunes

Georges Tchatchambe, Spécialiste de la Foresterie Communautaire et de la Gestion des Ressources Naturelles à USFS, a présenté les résultats d’un projet soutenu par le programme d’atténuation des conflits et de réconciliation du Tanganyika de USAID, qui visait à lutter contre la déforestation et à offrir des formations pratiques aux étudiants de la Province du Tanganyika. Les activités du projet comprenaient la construction d’une nouvelle pépinière à l’Université de Kalemie et des programmes de formation pour les étudiants de l’université, les enfants de l’école primaire et les dirigeants de coopératives agricoles. Plus de 70 000 plants, comprenant diverses espèces locales, ont été multipliés, et des expériences impliquant des techniques de germination, différents mélanges de sols, et des engrais et pesticides naturels ont été menées sur le site de la pépinière. Suite à ce projet, USFS est maintenant impliqué dans le programme Conserving Critical Congo Basin Forests (C3BF) (Conserver les Forêts Critiques du Bassin du Congo), qui se concentre sur les initiatives de boisement et de reboisement en RDC et ROC. Le programme C3BF, financé par le Bureau des Océans et des Affaires Environnementales et Scientifiques Internationales (OES) du Département d’État Américain, vise à conserver et à maintenir les forêts existantes du Bassin du Congo, à prévenir la déforestation et à augmenter la couverture forestière globale par le biais d’efforts nationaux. USFS fournit actuellement une assistance technique alignée sur les priorités nationales, y compris les initiatives de foresterie communautaire et la réhabilitation des terres dégradées. Le programme comprend également la création d’un corps de jeunes pour le climat en RDC afin d’atténuer le changement climatique, de promouvoir l’emploi des jeunes et d’atteindre les objectifs de reforestation.

L’USFS a organisé une table ronde sur l’initiative des femmes pour l’action climatique (WICA). La table ronde était animée par Lisa Louvouandou, une boursière WICA de ROC. Photo par Ouad Sept Design.

Initiative des Femmes pour l’Action Climatique (WICA)

Le dernier jour du sommet, l’USFS a organisé une table ronde sur l’Initiative des Femmes pour l’Action Climatique (WICA). Lancée en 2021 et financée par SilvaCarbon, la WICA vise à renforcer les capacités et la participation des femmes des pays d’Afrique Centrale aux processus nationaux de lutte contre le changement climatique. Le programme de formation comprend des séminaires, des ateliers, des webinaires, un programme de diplôme sur la comptabilité des Gaz à Effet de Serre (GES) et des stages. Lisa LOUVOUANDOU, une boursière de la WICA de la République du Congo (ROC), a modéré l’événement parallèle. La Coordinatrice Nationale de USFS au Gabon, Nelly HOUTSA, a commencé la session avec une vue d’ensemble du programme WICA et de ses impacts. Tiriel Lokoka et Jacquie Gakosso de la ROC ont ensuite partagé leurs expériences, détaillant l’impact du programme sur leur développement professionnel. Tous deux travaillent actuellement à l’Agence Nationale de l’Inventaire Forestier (CNIAF) après avoir terminé le programme. Enfin, M. Claude François ITSOUHOU, Instructeur du programme WICA, a souligné l’importance du programme dans les efforts nationaux de réduction et de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre. M. Itsouhou est conseiller principal au Ministère de l’Industrie et membre du groupe de travail national sur les émissions et l’élimination des GES. Il propose aux boursiers de la WICA des webinaires sur la comptabilisation des gaz à effet de serre dans les secteurs des déchets et des procédés industriels.

(De gauche à droite) René Siwe, coordinateur technique régional pour l’Afrique centrale, Brice Severin Pongui, coordinateur du programme de lutte contre l’exploitation forestière illégale pour ROC, et Exaucé YOKA, assistant de programme pour ROC, pendant le sommet. Photo par Ouad Sept Design.

Pour USFS, le sommet a été l’occasion de partager les travaux en cours et d’échanger avec des collègues et des représentants du gouvernement. Eugene CHIA, Spécialiste des Programmes et du Changement Climatique en Afrique Centrale de USFS, a été frappé par le nombre d’entités gouvernementales présentes au-delà des trois bassins. « L’énorme participation de gouvernements qui ne font pas partie des paysages des trois bassins montre l’importance de ces paysages dans l’effort mondial de lutte contre le changement climatique ». Il espère qu’à l’issue du sommet, il y aura « davantage d’engagements en ce qui concerne la mobilisation des financements, tant de la part des pays donateurs que des pays bénéficiaires »

USAID logo
U.S. Forest Service logo

Laisser un commentaire