Femmes Leaders dans le Domaine du Climat : Les Boursières de la WICA célèbrent l'obtention de leur Diplôme en Comptabilité des Gaz à Effet de Serre

PAR  Rinyu Mclaura Bekwake

Depuis plus d’une décennie, le Service Forestier des Etats-Unis (USFS) soutient les pays du Bassin du Congo dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre afin d’améliorer les moyens de subsistance et de contribuer à la stabilisation du climat mondial. S’appuyant sur ce travail, l’Initiative des Femmes d’Afrique Centrale pour l’Action Climatique (WICA) a été lancée en janvier 2021. L’objectif de la WICA est d’aider à renforcer les capacités et l’implication des femmes des pays d’Afrique Centrale dans les processus nationaux de lutte contre le changement climatique. Le programme travaille en étroite collaboration avec des partenaires nationaux, régionaux et internationaux par le biais de webinaires, d’ateliers, d’un programme de diplôme rigoureux sur la comptabilité des gaz à effet de serre, de mentorats, de stages et de participation à des conférences nationales et internationales sur le climat. Le programme s’est étendu à toute la région pour inclure des femmes du Cameroun, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo (RDC), de la Guinée Equatoriale, du Gabon et de la République du Congo (ROC).

En septembre 2023, une cérémonie de remise des diplômes a été organisée pour un autre groupe de boursiers à Brazzaville. Arlette Soudan Nonault, Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo, et Eugene Young, Ambassadeur des États-Unis en République du Congo, ainsi que d’autres acteurs majeurs du climat dans la région, étaient présents. Le point culminant de la journée a été la cérémonie de remise des diplômes, au cours de laquelle neuf boursiers ont reçu un diplôme en Surveillance, Déclaration et Vérification (MRV) de l’Institut de Gestion des Gaz à Effet de Serre (Greenhouse Gas Management Institute).

Les boursiers de la WICA posent avec Arlette Soudan Nonault, la Ministre de l’Environnement, du Développement durable et du Bassin du Congo (5e à partir de la gauche), et Eugene Young (7e à partir de la gauche), l’ambassadeur des États-Unis en République du Congo. Photo par Ouad Sept Design.

Le programme de l’Institut de Gestion des Gaz à Effet de Serre est un programme de six mois qui permet d’acquérir des compétences en matière de comptabilisation des émissions et des suppressions de gaz à effet de serre, de normes internationales pour la déclaration des gaz à effet de serre, et de contrôle et d’assurance de la qualité des déclarations de gaz à effet de serre en vue de leur validation. S’appuyant sur les lignes directrices du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) et d’autres normes internationales, le programme de diplôme a également permis aux boursiers de se familiariser avec les sections relatives à l’agriculture, à la sylviculture et à l’utilisation des terres (AFOLU), à l’énergie, aux déchets et aux Procédés Industriels et à l’Utilisation des Produits (IPPU) des rapports d’inventaire sur les gaz à effet de serre.

Parallèlement au programme de diplôme, les boursiers ont également effectué des stages dans des institutions spécialisées dans le changement climatique et la gestion durable, telles que le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo, le Ministère de l’Industrie et de la Promotion du Secteur Privé et le Centre de Recherche sur la Durabilité et la Productivité des Plantations Industrielles (CRDPI). Ces stages ont été l’occasion d’acquérir une expérience professionnelle précieuse et d’être encadrés par des experts dans le domaine.

Gwladys Malanda (au centre) avec son nouveau diplôme. Photo par Ouad Sept Design.

La cérémonie de clôture a été l’occasion de célébrer les réalisations des boursiers et de les aider à se tourner vers l’avenir. Gwladys Malanda, l’une des diplômées, est très enthousiaste quant à son avenir : « J’ai hâte de travailler avec des organisations internationales dans mon pays pour mettre en œuvre des projets qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre et renforcent les puits de carbone », a-t-elle déclaré.

Martine Marie Berndia Wando se voit également un avenir en tant qu’experte nationale : « Grâce aux connaissances et aux compétences que j’ai acquises dans le cadre du programme WICA, j’apporterai une valeur ajoutée au secteur forestier dans le cadre des efforts de gestion durable de mon pays ».

Martine Marie Berndia Wando (au centre) se voit un avenir en tant qu’experte nationale du climat. Photo par Ouad Sept Design.

Deux des boursiers sortants ont déjà été nommés à la liste d’experts de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, une occasion unique qui leur permettra de mettre leurs diplômes à profit. D’autres travailleront avec des ministères nationaux, des instituts de recherche et des ONG locales et internationales.

Le WICA est soutenu par SilvaCarbon, une coopération technique interagences du gouvernement Américain qui vise à renforcer la capacité de certains pays tropicaux à mesurer, surveiller et signaler le carbone dans leurs forêts et autres terres. La formation des boursiers du WICA en tant qu’experts climatiques dans le Bassin du Congo renforce les efforts nationaux et régionaux visant à lutter contre le changement climatique mondial et à préserver les paysages forestiers grâce à des systèmes de surveillance efficaces qui soutiennent les décisions en matière de gestion des terres.

POSEZ VOTRE CANDIDATURE POUR LE WICA

USFS a lancé un appel à candidatures pour une quatrième cohorte de boursiers WICA au Cameroun, en RDC, au Gabon et en République du Congo, et acceptera les candidatures jusqu’au 20 décembre 2023. L’appel à candidatures est disponible ici.

SilvaCarbon logo
U.S. Forest Service logo

Laisser un commentaire